L’Iran dit oui !

L’Iran achète des bitcoins

Pour la première fois en dix ans, plusieurs banques centrales du monde entier ont commencé à vendre leur or. Selon un rapport de Bloomberg, plusieurs pays producteurs d’or ont profité du prix élevé de cet actif pour atténuer les effets de la pandémie sur leurs économies nationales.

L’or a connu un prix presque record au cours des dernières semaines, ce qui a incité les banques centrales à commencer à baisser leur prix pour tenter de gérer l’économie.

Mais parlons de l’or numérique, le Bitcoin Bank qui a survécu à de nombreuses fluctuations du marché et s’est révélé être une protection contre l’inflation et la crise économique.

Il est vrai que les banques centrales n’ont pas toujours été favorables aux cryptocurrences, en particulier au bitcoin. Cependant, compte tenu des cas d’utilisation et de la valeur de la cryptocouronne, il se peut qu’il ne soit pas trop tard pour que les banques centrales achètent des bitcoins comme actif de réserve.

L’Iran adopte le bitcoin

On dit que le changement est la seule chose constante dans le monde, et cette affirmation s’est avérée vraie dans de nombreux cas. Dans un récent rapport, les autorités iraniennes ont officiellement déclaré que Bitcoin serait utilisé pour les transactions internationales.

Cette décision a fait de l’Iran le premier pays au monde à utiliser Bitcoin comme moyen d’échange. La banque centrale iranienne achètera aux mineurs des bitcoins extraits légalement pour financer les importations en provenance d’autres pays.

Les cryptocurrences étaient illégales dans le pays jusqu’en 2019, date à laquelle il a publié son règlement. Bien que l’Iran ne soit plus très strict en ce qui concerne les cryptocurrences, il n’est pas non plus trop indulgent à leur égard. Cependant, avec les sanctions américaines qui font pression sur l’économie iranienne, il devient impossible pour eux d’utiliser le dollar dans les échanges internationaux.

De plus, la monnaie fiduciaire du pays est en baisse depuis deux ans. Le rial iranien s’est aggravé avec la crise provoquée par la pandémie de COVID-19.

En légalisant l’extraction et l’utilisation de bitcoin dans le pays, l’Iran contournera la sanction américaine tout en participant aux échanges internationaux.

L’Iran n’est qu’un exemple parmi d’autres où les banques centrales se sont tournées vers Bitcoin en pleine crise économique nationale. Au fil des jours, de nombreuses autres banques centrales dans le monde changent leur position sur le bitcoin et la cryptocouronne en général.

Certaines sont passées de la condamnation pure et simple des bitcoins à la modification de leur législation pour permettre l’utilisation de cryptocurrences. La Suisse, par exemple, a récemment modifié ses lois sur la cryptographie afin d’en promouvoir l’adoption par le plus grand nombre.

Avec l’Iran en tête, il est tout à fait possible de voir d’autres banques centrales acheter des bitcoins à l’avenir.

(Author)
Keine Beschreibung. Bitte aktualisiere dein Profil.

Zeige alle Beiträge vonadmin